LA CONCERTATION

La concertation est l’un des dispositifs expérimentaux du lycée Germaine Tillion. Il n’existe pas dans les autres établissements de secteur. Même s’il ne se déroule pas en présence des élèves, ce temps partagé est le cœur de la cohésion du projet innovant

La concertation est l’un des dispositifs expérimentaux du lycée Germaine Tillion. Il n’existe pas dans les autres établissements de secteur. Même s’il ne se déroule pas en présence des élèves, ce temps partagé est le cœur de la cohésion du projet innovant.

Ce dispositif fait partie intégrante du temps de service de tous les enseignant.e.s de l’établissement. Les membres de la vie scolaire, de la direction, du pôle médico-social peuvent y participer, selon l’ordre du jour et les obligations de leur service. La concertation hebdomadaire se déroule le vendredi après-midi et clôt la semaine. Elle est rémunérée 0,75 h pour 1 h 30 de réunion.

Les deux professeur.e.s coordinateurs ou coordinatrices pédagogiques ont pour mission de construire l’ordre du jour avec l’équipe de direction et les suggestions des enseignant.e.s. Ils et elles sont responsables de l’organisation et de l’animation de la concertation : ses formes sont multiples afin de s’adapter aux besoins de l’ordre du jour et pour permettre la prise de parole par toutes et tous.

Afin de mieux cerner les contours de ce temps de réunion, il est apparu nécessaire de préciser ce qu’est (et ce que n’est pas) la concertation, sans toutefois trop formaliser ce dispositif.

 

 1. Ce que la concertation ne saurait être :

– Elle ne se substitue pas aux autres instances de l’établissement, qui sont celles d’un EPLE classique. Le conseil d’administration, les conseils d’enseignement, le conseil pédagogique, le conseil de la vie lycéenne, etc. fonctionnent de manière conforme aux autres lycées. Elle ne se substitue pas non plus à l’heure d’information syndicale.

– Elle ne se substitue pas aux réunions de l’équipe éducative décidées conjointement par les professeur.e.s et le ou la CPE, où l’on peut évoquer les élèves de manière individuelle. Sauf exception, on ne peut s’étendre sur tel ou tel cas d’élève ou de classe en concertation.
- Elle ne peut être remplacée par des rendez-vous avec les familles, ou les élèves. Dans la mesure du possible, il faut essayer d’en respecter les horaires, et de ne pas placer de rendez-vous pendant la concertation.

– Elle n’est pas un lieu de prise de décisions : il n’y est pas effectué de vote à main levée pour trancher certaines questions. Le dialogue critique doit faire émerger des suggestions, dans un esprit constructif de consensus. La direction garde les mêmes prérogatives que dans un EPLE classique : elle valide ou non les propositions qui émanent des réunions de concertation et qui sont transcrites dans les comptes-rendus.

– Elle n’est pas presciptive : les professeur.e.s gardent toute liberté pédagogique au sein de leurs classes pour atteindre les objectifs des missions qu’ils et elles se voient attribuer. Cependant, les propositions issues des concertations se voulant aussi consensuelles et constructives que possible, ne pas en prendre totalement le contre-pied permet d’assurer une cohérence d’équipe vis-à-vis des élèves et un travail facilité pour tous et toutes.

– Elle ne peut constituer une arène ou une scène où s’affrontent des personnes : elle est avant tout un lieu d’échanges qui doivent rester professionnels, constructifs, respectueux des personnes et de leur travail dans toute leur diversité.

 

2. Ce que peut, et doit être la concertation :

– Elle est un dispositif exceptionnel (et coûteux) qui n’existe pas dans les autres EPLE. Elle permet de construire une cohésion d’équipe pour assurer la cohérence du projet pédagogique proposé aux élèves. Elle est un facilitateur du travail de l’équipe éducative dans son ensemble.
- Elle est un lieu de réflexion commune sur l’ensemble des aspects du projet de l’établissement. Elle permet à chacun et chacune d’être concerné.e par tous les axes du projet, par la vie de l’établissement dans son ensemble, et de se les approprier. Elle évite ainsi l’isolement et la parcellisation des fonctions au sein du personnel pour une meilleure prise en charge globale de l’élève et une meilleure assise professionnelle.

– Elle permet d’articuler le cadre de l’expérimentation et la liberté pédagogique de chacun.e : chaque enseignant.e peut faire ses choix en ayant conscience des orientations plus générales dans l’établissement.
- Elle est un lieu de co-formation. Si certain.e.s collègues ont davantage d’expérience que d’autres, nul ne saurait s’ériger en «expert». Tout le monde a des choses à apprendre du groupe, tout le monde à des choses à apporter au groupe.

– Elle est un lieu d’information : l’équipe de direction, comme les autres membres de l’équipe éduca- tive, peuvent y transmettre des informations, selon les nécessités du calendrier.
- Elle est un lieu de parole et d’écoute. Elle permet des échanges libres dans le respect de chacun.e. On peut y réfléchir à voix haute et être aidé.e à construire et formaliser sa pensée, y puiser des idées à prendre telles quelles ou à adapter. La concertation permet de faire émerger des interrogations sur l’actualité, le fonctionnement de l’établissement, etc.

– Elle permet d’accueillir des invité.e.s : représentant.e.s de l’institution, partenaires extérieur.e.s, conférencier.e.s.

 

3. Des modalités d’organisation à la fois instituées, et souples :

Le rôle des coordinateurs et coordinatrices est d’assurer le lien entre l’équipe de direction et l’équipe pédagogique. A ce titre, ils et elles travaillent à la préparation des ordres du jour, la réflexion sur les modalités des séances de concertation, s’assurent de son animation, de la relecture et l’envoi des comptes-rendus à la direction. Ce rôle est amené à tourner au sein de l’équipe, selon un système de tuilage. Une personne accepte la mission de coordination pour deux périodes scolaires, qu’elle effectue avec deux personnes différentes (voir fiche de mission).

La prise de parole est gérée par une personne différente à chaque concertation. Elle tient une liste des personnes qui ont demandé la parole et fait respecter l’ordre des interventions (si elle s’en sent capable, elle peut donner la priorité aux personnes qui ne se sont pas encore exprimées à l’aide d’une double liste). Cette organisation assez rigide est parfois frustrante parce qu’elle diffère la réponse à une question, mais elle permet à toutes et tous de s’exprimer et d’avoir le temps de préparer son interven- tion. La qualité d’écoute de l’assemblée s’en voit renforcée.

La prise en notes du compte-rendu est faite par une personne différente à chaque concertation. Chaque compte-rendu est relu par les coordinateurs et coordinatrices avant d’être envoyé à la direction et diffusé à l’ensemble de l’équipe, via l’ENT.

L’ordre du jour est proposé en amont à l’équipe et à la direction par les coordonnateurs et/ou coor- dinatrices. Il est défini par les impératifs du calendrier, les objectifs de travail fixés par la direction, et les suggestions nées des concertations elles-mêmes.

L’organisation des séances de concertations est à géométrie variable pour permettre des transmissions d’informations à tous et toutes, ou des réflexions menées en plus petits groupes. Elle permet d’alterner :

  • des moments indispensables de réunions d’informations en plénière, qui permettent parfois d’accueillir des conférences pour prendre de la hauteur sur les questions éducatives,
  • des ateliers en effectifs réduits : ceux-ci peuvent traiter d’un sujet ponctuel, ou prendre la forme de laboratoires pédagogiques « filés » tout au long de l’année, ou encore de conseils d’enseigne- ment.

L’organisation des concertations est toujours dépendante d’imprévus, liés aux événements internes ou externes à l’établissement. L’ordre du jour peut à tout moment être modifié par l’équipe de direction pour répondre collectivement à une problématique globale (examens, orientation, événement exceptionnel, etc).

 

Pour télécharger le livret complet du projet, cliquer ici.

ARTICLES SIMILAIRES

UN SÉMINAIRE AU LYCÉE GERMAINE TILLION

UN SÉMINAIRE AU LYCÉE GERMAINE TILLION

LES RENCONTRES DU LYCÉE GERMAINE TILLIONVENDREDI 13 MAI 2022, LE LYCÉE  A ACCUEILLI LES PREMIÈRES RENCONTRES ORGANISÉES AUTOUR DU PROJET INNOVANT Cette journée s'est déroulée en présence de Sabine Kitten, responsable de la Cardie de l'Académie de Créteil - bien...

lire plus
CHANGEMENT D’IDIS

CHANGEMENT D’IDIS

NOUVELLE SESSION IDIS EN 2NDE Après une première session de six semaines, les élèves de 2nde découvrent de nouveaux thèmes en IDIS. La première période a été l'occasion pour les élèves de Seconde d'explorer des thématiques interdisciplinaires, dans le cadre de l'IDIS....

lire plus
L’IDIS COMMENCE

L’IDIS COMMENCE

LES DISPOSITIFS IDIS SONT LANCÉS De la Seconde à la Terminale, les IDIS débutent cette semaine. Les deux premières semaines de cours ont été l'occasion pour les enseignants de construire les différents dispositifs IDIS (pour "interdisciplinaires"). A présent, ils...

lire plus
PREMIERS DISPOSITIFS INTERDISCIPLINAIRES

PREMIERS DISPOSITIFS INTERDISCIPLINAIRES

DÉBUT DES PREMIERS DISPOSITIFSEn Seconde et en Premières, les premiers dispositifs interdisciplinaires débutent dès la première semaine de cours. Le projet innovant du lycée Germaine Tillion (cliquez ici pour une version complète) est fondé sur la volonté de faire...

lire plus